Les Origines
La civilisation talayotique qui s'est développée à Majorque doit son nom aux talayots (tours de guet datant de l'âge de bronze). La plupart des sites talayotiques étaient entourés de hauts murs de pierre, dans l'enceinte desquels se trouvaient de nombreuses habitations et des tours généralement construites en pierre sèche. Bien que cette civilisation ait survécu jusqu'à l'arrivée des Romains dans l'île, en 123 av. J.-C., les talayots visibles aujourd'hui remontent au Ier millénaire av. J.-C. Les sites talayotiques les mieux préservés sont ceux de
Ses Paisses et de Capocorb Vell.
Malgré leur réputation de bâtisseurs, les Romains, qui ont dominé Majorque pendant plus de deux siècles, ont laissé peu de traces. Ils étaient installés plutôt en bordure de mer, sur des sites investis par les civilisations ultérieures et reconstruits ensuite. Le seul site romain à Majorque est Pol-lentia, la plus grande cité romaine sur l'île, près d'Alcudia
.

ARCHITECTURE DE MAJORQUE

L'Héritage Maure
Trois siècles de domination musulmane n'ont pas laissé une empreinte pérenne à Majorque. Les mosquées ont été systématiquement occupées par les armées chrétiennes à la conquête de l'île au XIIIème siècle, puis transformées en églises. C'est le cas par exemple de l'Eglesia Sant Miquel à Palma, dans laquelle rien ne subsiste de la mosquée initiale. Les nouveaux souverains chrétiens se sont appropriés d'autres édifices les rendant méconnaissables, comme le Palau de l'Almudaina. Une caractéristique architecturale de l'occupation arabe se retrouve dans les forteresses défensives, stratégiquement placées au sommet des collines, également transformées par les chrétiens au cours des siècles suivants. Le Castell de Capdepera en est un des exemples les plus impressionnants. Les Bains Arabes à Palma constituent l'unique bâtiment mauresque conservé à Majorque.

Majorque Gothique
Le gothique catalan prédomine à Majorque après la conquête de l'île par le royaume d'Aragon. Cette variation catalane du gothique se caractérise par des édifices plus larges que hauts, dépourvus de pinacles et d'arcs-boutants. Guillem Segrera, architecte et sculpteur catalan, s'est rendu à Majorque en 1420 pour dirigier les travaux de la cathédrale de Palma, chef-d'oeuvre gothique.
Comme dans d'autres régions d'Espagne, l'influence musulmane marque l'architecture de la période gothique. A Majorque, le style mudéjar (soit l'emploi de techniques et décorations islamiques dans les édifices chrétiens) est présent dans les superbes plafonds
artesonados (à caissons). Ceux du Palau de l'Almudaina, à Palma, sont remarquables.

Renaissance et Baroque
L'origine des patios de Palma remonte à l'époque romaine, mais ils n'ont pris une véritable importance qu'à partir du XIIIème siècle. Ils étaient tout d'abord d'apparence austère et de style gothique, mais la prospérité des XVIIème et XVIIIème siècles leur a apporté une décoration beaucoup plus luxueuse et raffinée, dans des styles Renaissance et Baroque. L'entrée principale de la cathédrale de Palma (par la suite remaniée) et le
Consolat de Mar sont d'époque Renaissance.
Le style Baroque est surtout manifeste dans les grandes églises des villages de l'intérieur de l'île.

Modernisme
Vers la fin du XIXème siècle, le modernisme, version catalane de l'Art Nouveau, se développe à Barcelone. Les architectes modernistes puisent leur inspiration dans la nature et le passé, en particulier dans les styles gothique et mudéjar, pour développer leur créativité et trouver un style très spécifique. Le mouvement gagne Majorque, Palma est le haut lieu du modernisme. Antonio Gaudi travaille à la rénovation de la cathédrale de Palma. Lluis Doménech i Montaner (1850-1923) réalise le magnifique ancien Gran Hotel. Avec ses façades ondulées, la Can Casasayas est également typique de ce style. Elle a été construite pour la famille Casasayas, connue pour sa confiserie historique, la Confiteria Fraquet. Une autre figure influente du modernisme majorquin est Garpar Bennassar (1869-1933), natif de Palma. En 1908, il réalise l'extraordinaire Almacenes El Aguila. Chacun des trois étages de l'édifice est différent. L'abondant usage du fer forgé sur la façade principale est emblématique du style moderniste. Un autre bâtiment moderniste exceptionnel est Can Corbella.

Sóller abrite des édifices modernistes tout à fait remarquables. La plupart sont l'oeuvre de Juan Rubio, disciple d'Antonio Gaudi.

Can Corbella

Almacenes El Aguila

Gran Hotel

Plafond Artesanados

Consolat de Mar

Capocorb Vell

Castell de Capdepera

ACCUEIL